8 mars 15h40
Création d'entreprise

Comment créer une start-up ?

Si une start-up concernait auparavant les entreprises informatiques, son concept a changé d’année en année. Désormais, elle peut qualifier une entreprise apportant de l’innovation dans la façon de consommer et dans le quotidien des consommateurs. Comment créer une start-up ? Tout comme les autres projets de création d’entreprises, elle requiert une préparation, mais surtout, une idée qui peut intéresser les clients. Avant de créer une start-up, il faut déterminer ce qu’il en est. Comme les démarches de création d’entreprises sont particulièrement facilitées en France, c’est l’une des raisons qui encourage les entrepreneurs à lancer une start-up. Voici les étapes pour réussir à créer une start-up.

Commencer par trouver une bonne idée de start-up

La création d’entreprises ne se base pas uniquement sur les stratégies à déployer pour la réussir. Sa solidité, son développement et sa durabilité ne se fondent pas uniquement sur les investissements et le capital déployé. La force d’une entreprise se trouve surtout dans l’idée qui a poussé sa création. Pour cela, il faut être à l’écoute des besoins du marché. Avant de lancer son start-up, mieux vaut avant tout maîtriser son concept.

·      Qu’est-ce qu’une start-up en réalité ?

D’après les indications de Steve Blank, un entrepreneur de la Silicon Valley, « une start-up est une organisation temporaire à la recherche d’un business model industrialisable et permettant une croissance exponentielle ». Afin de pouvoir monter son start-up, avant même de trouver une idée start-up qui va accrocher, il convient de bien saisir la définition même de ce concept de « start-up ».

Une start-up est différente d’une entreprise classique sur plusieurs points :

  • Entreprise temporaire: une start-up n’est pas destinée à durer sur le long terme. Il s’agit d’une phase en particulier et non d’un objectif en soi. Son but n’est rien d’autre que de s’en sortir (de cette phase). Son travail consiste à transformer une idée en une entreprise, à mettre au point des services utiles aux consommateurs, à concevoir de nouvelles valeurs.
  • Disposer d’un business model: pour être une start-up qui réussit, il faudrait fournir un nouveau service qui a une valeur réelle auprès du client et qu’il n’a pas encore vu. Le business model de la start-up ne doit donc pas être une reproduction d’un autre. Il est bien aussi de noter que business model n’a pas les mêmes significations que business plan.
  • Propose un produit industrialisable et qu’on peut reproduire : le produit, le service ou le modèle créé par une start-up doit être reproductible à une plus grande échelle.
  • Disposer d’une scalabilité: une start-up doit être scalable, c’est-à-dire, avoir la capacité de s’adapter à un accroissement en termes de quantité.

·      Comment trouver une bonne idée start-up ?

Créer une start-up semble être un terme compliqué qui requiert des qualifications spécifiques. Alors, quand il est question de trouver une idée start-up qui pourrait marcher, on est bloqué. Pourtant, il suffit de partir d’une simple logique. Qu’est-ce qui vous agace le plus dans votre vie quotidienne ? Qu’est-ce que vous aimeriez améliorer dans votre façon de consommer ou dans les manières dont les produits sont proposés par les fabricants ? Voilà des points de repères dans lesquels vous pourrez puiser vos idées de start-up.

Une fois que vous aurez votre idée, vous devez :

  • Souligner sa valeur afin de s’assurer de sa fiabilité. N’hésitez pas à lister vos compétences pour découvrir les points où vous aurez le plus de résolutions. Et donc, les points que vous saurez exploiter au mieux.
  • Recueillez toutes les questions que les clients pourraient vous poser.
  • Mettez à jour les points faibles de votre projet.
  • Résolvez tous les problèmes pouvant être rencontrés.
  • Réfléchissez à votre business modèle.

Disposer d’une équipe performante et d’un réseau

Pour créer une start-up comme elle se doit, vous devez ensuite penser à constituer votre équipe et à avoir un réseau professionnel. Elle doit essentiellement comporter des experts de différents secteurs. Ces personnes peuvent être des sortants de Grandes Écoles ou ayant suivi des formations spécifiques.

Il peut également être question de choisir un associé. Généralement, il se fait souvent de manière intuitive. Néanmoins, cela demande des résultats. Vous ne devez donc pas vous décourager quand il faut changer d’associé. Un associé va collaborer avec vous de façon permanente ou temporaire en fonction du projet et de l’évolution de vos affaires.

L’équipe que vous allez constituer doit être soudée et professionnelle. Les profils doivent être complémentaires. Vous devez dans ce cas disposer de compétences RH pour pouvoir recruter vos collaborateurs, si vous n’avez pas encore une idée précise des personnes à engager.

·      Comment trouver des collaborateurs et associés compétents pour constituer son start-up ?

Pour pouvoir recruter les collaborateurs performants, il faut donc laisser place à une recherche structurée. Chaque candidature doit être analysée dans les règles de l’art. Pour dénicher la perle rare pour développer votre start-up, vous pouvez passer par :

  • Les réseaux d’anciens élèves,
  • Les incubateurs,
  • Les sites d’offre d’emploi,
  • Les agences de recrutement,
  • Les réseaux sociaux professionnels, comme LinkedIn,
  • Les CVthèques,
  • La technique de la cooptation, etc.

·      Quelques conseils pour réussir son recrutement

Même si vous disposez d’un large champ pour trouver le candidat idéal, si vous ne déployez pas des techniques de recrutement précises, vous aurez toujours du mal à rencontrer le salarié qu’il vous faut. Pour ce faire, il faut que vous ayez clairement en tête les missions que chaque collaborateur recherché doit réaliser. Il faut aussi préciser les compétences requises pour le poste. Les informations incluses dans votre annonce doivent être claires, précises et complètes. Outre les diplômes, il est important de préciser les soft skills.

Concevoir un business modèle pour son start-up

Afin de répondre au mieux à la problématique du comment créer une start-up, il faut également penser à un business model. Comment élaborer ce business model pour son start-up ? Pour rappel, le business model est un élément indispensable devant figurer dans votre business plan. Il fait référence à un modèle économique. Pour élaborer un business model, il faut être capable de répondre à certaines problématiques :

  • Quelles sont les valeurs que vous envisagez apporter à vos clients ?
  • Quels sont les moyens que vous avez prévu pour gagner de l’argent ?

S’il existe un large choix de business model qu’il est possible d’adopter, le plus important est qu’il dispose de toutes les conditions nécessaires pour durer. Il faut aussi qu’il soit cohérent et fructueux.

Votre business model doit aboutir à la mise en place d’un premier service ou produit, un échantillon qu’on peut présenter à la clientèle. Cette dernière va ensuite donner un feedback pour l’améliorer davantage. Ce business model doit également contenir un prévisionnel financier. Il va permettre d’étudier la viabilité du projet et de fixer un seuil de rentabilité, c’est-à-dire, le chiffre d’affaires qu’il est impératif de générer pour pouvoir couvrir les dépenses.

Pour déterminer que vous avez en votre possession un bon business model, il faudrait être capable de mesurer sa recette. Vous devez dans ce cas faire une étude sérieuse du marché, évaluer la concurrence et déterminer une clientèle à cibler.

Trouver le financement pour son start-up

Pour la création de la start-up elle-même, vous aurez besoin de fonds, ne serait-ce que pour payer les frais de dossier. Il faudrait également penser à d’autres dépenses, telles que le loyer du local professionnel, les salaires et d’autres encore. Créer une start-up sans argent reste cependant possible, à moins de bien connaître les démarches à adopter, notamment dans la recherche et la demande de financement.

·      Profiter des aides à l’innovation

Ces aides à l’innovation peuvent concerner le crédit d’impôt et les financements qu’on peut bénéficier auprès des conseils régionaux. Pour ce second cas, il faut que le projet ait un rapport au développement, économique ou technologique, de la région. Mais, il peut également s’agir de simples subventions proposées par BPI France.

Il existe également des concours ouverts aux projets innovants. Vous présentez votre projet à un concours et si vous le remportez, vous pouvez disposer d’une récompense financière.

·      La levée de fonds pour créer une start-up et la financer

La levée de fonds est essentiellement un passage obligatoire pour une entreprise qui démarre. Elle n’est autre que la recherche d’investisseurs, qui peut être n’importe qui. Hands in (qui va s’impliquer dans votre start-up), hands on (qui va juste surveiller les affaires) ou hands off (qui ne prend pas part ni aux décisions ni à la gestion), vous devez avant tout vous fixer sur le type d’investisseur qui vous convient.

Pour y parvenir, il faut que vous présentiez votre projet auprès des investisseurs. Vous devez déployer tous les arguments nécessaires pour les convaincre. Des documents sont à prévoir. Vous devez également savoir qu’une levée de fonds implique de nombreuses formalités juridiques.    

·      Les différents financements par crédit

Si vous n’avez des fonds propres pour démarrer votre start-up, il y a toujours l’alternative des prêts bancaires.

  • Crédit bancaire classique: souvent réticentes compte tenu des risques, les banques ont cependant besoin d’un dossier solide pour financer une start-up.

 

  • Prêt entre particuliers: cette option est plus prometteuse que le prêt bancaire classique. Si vous ne connaissez pas des proches qui peuvent vous emprunter de l’argent, il existe des plateformes en ligne qui en proposent.

 

  • Crédit en ligne: sur Internet, vous pouvez avoir recours à des établissements bancaires proposant des prêts, pouvant être des crédits sans justificatifs d’utilisation. Tel que leur nom l’indique, ces prêts ne demandent aucune justification d’utilisation. Néanmoins, ils requièrent des pièces d’identité pour constituer le dossier.

·      D’autres alternatives de financement pour sa start-up

Pour créer une start-up, vous disposez également d’autres possibilités, telles que l’emprunt d’argent auprès de vos proches. On le connaît également par « Love Money ». Vous pouvez aussi vous fier aux investissements participatifs. Il s’agit de solliciter des dons ou des capitaux en contrepartie d’un service ou d’une promesse que vous devez tenir.

S’occuper des démarches administratives et juridiques pour lancer son start-up

Dans les différentes étapes de création d’une start-up, il y a le choix du statut juridique. En réalité, il n’y a aucune forme juridique spécifique requise pour une start-up. Cependant, la SAS est parmi les plus recommandées. En plus d’offrir une très grande liberté dans la rédaction des statuts juridiques, elle est également capable de s’adapter facilement aux changements de situation. Il est important pour une start-up de disposer d’une grande flexibilité en raison de son évolution constante. Une SAS est adaptée aux principes de différentes levées de fonds, et par la même occasion d’une augmentation de capital.

Pour pouvoir répondre à la question du comment créer une start-up, il est essentiel de connaître les démarches administratives avant de se lancer. Une fois son statut juridique choisi, les démarches à suivre pour la création d’une start-up sont à peu près les mêmes qu’une entreprise classique. Il faudra ensuite penser à :

  • Domicilier son start-up ou le choix de son siège social,
  • Déposer le capital social dont 1 euro pour le cas d’une SAS, SARL et SASU. 37 000 euros pour les SA,
  • Envoyer le dossier de création de société au Greffe en vue de l’obtention d’une immatriculation.
  • Ouvrir un compte bancaire professionnel,
  • Adhérer à une caisse de retraite de salariés. Cette démarche va vous faciliter les embauches.
  • Publier une annonce légale après l’obtention d’une immatriculation. Elle doit être fait dans un journal habilité où il est important de mentionner divers éléments (dénomination sociale, sigle, statut juridique, montant du capital social, adresse de domiciliation, objet social, etc.),

Pour protéger votre start-up et vos salariés, il est conseillé de souscrire une assurance responsabilité civile. Elle permet de prévenir certains risques et de protéger ainsi votre entreprise.

Dans le meilleur des cas, faites-vous accompagner par un avocat ou un expert en création d’entreprises. Un spécialiste qui pourra vous conseiller et vous faciliter les procédures. Il peut notamment s’agir d’un conseiller en création d’entreprises, des experts-comptables ou d’un avocat.

Par ailleurs, la création d’une start-up peut désormais se faire en ligne. Vous aurez même l’occasion d’échanger avec un avocat lors des démarches en ligne. Ce sont des juristes qui prendront en charge de grande partie des procédures y afférentes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *